José Angel Valente, poète espagnol, est né à Orense, Galice, en 1929. Licencié en philosophie romane, José Ángel Valente a enseigné rendant quelques années à l'Université d'Oxford. De 1958 à 1980 il a vécu à Genève. Il partage aujourd'hui sa vie entre Almería, Genève et Paris. Son premier recueil obtient le prix Adonaïs en 1955. En 1994, il reçoit le Prix national de poésie. "Il appartient par son âge à ce qu'il est convenu d'appeler la génération de l'après-guerre civile - la troisième, pour être précis ; autrement dit cette génération de poètes qui publient leurs premiers livres dans les année 50 au moment où naissent les "novisimos", les "tout nouveaux", qui arrivent à maturité aujourd'hui. C'est dire sa position charnière dans le panorama de la poésie espagnole de ce siècle." Jacques Ancet, Le nouveau dictionnaires des auteurs, Robert Laffont, 1994. "Situé au carrefour de la philosophie et de l'histoire, de la poésie et de la prose, très à l'écoute des voies ouvertes par la musique et la peinture, l'écriture de José Ángel Valente est une des plus vastes et des plus profondes de la littérature estpagnole contemporaine." (G. de Cortanze) "José Ángel Valente, un des grands poètes du siècle, mystique, mystique de l'immanence, héritier de la tradition espagnole, nous conduit en ces chemins de l'indicible, il nous rapproche du vide, du rien (...), il ouvre ces chambres d'une interminable clarté voilée." (Gaspard Hons, Espace de Libertés, N°205, novembre 1992)
"Suivre l'itininéraire de Valente est d'autant plus important que son œuvre est unitaire, les essais enrichissant la vision poétique sans jamais lui conférer le dangereux statut d'illustration au service d'une théorie, si belle soit-elle". (Laurence Breysse-Chanet, Une lointaine lumière d'aube, La Quinzaine littéraire, 1/15 mai 1997